et l'école renaîtra

Le Futur dépend de notre engagement éducatif, l'école en reste l'outil majeur, ne le laissons pas se dégradrer!

15 octobre, 2010

Pourquoi ai-je écrit?

Classé dans : — Alain @ 22:51

                          Depuis mes premières écoutes, dans l’aube de mon enfance, j’ai eu la chance ou le déterminisme, d‘avoir pour guide un homme extraordinaire pour lequel, donner, et il l’a douloureusement prouvé, partager, transmettre étaient le propre de l’être humain social. D’autres, peut-être parce que j’étais plus sensible à eux qu’à leurs voisins, m’ont baigné dans  « la soupe primitive », vitale de l’éducation. Mon credo est donc sans nuance !         

                         Je ne crois pas au caractère figé de la personnalité des individus, tant pis pour les psy, je ne suis qu’un rêveur… Mais, « Qu’est-ce qu’un VRAI rêve ? C’est un rêve qui dure. Et, s’il dure, c’est qu’il s’est marié. Marié avec la volonté. » Eric ORSDENNA. Notre ténacité peut nous faire transformer notre devenir en vrai rêve, donc nous rend malléable…           

                      L’essentiel, pourtant, est l’enfant ! Aussi curieux, aussi éveillé soit-il, il aura toujours besoin d’être motivé, guidé, exercé… pour que les outils de la connaissance, du savoir-faire, du savoir vivre avec les autres ne soient pas les seuls fruits de sa spontanéité.          L’Ecole, seule, est capable d’accompagner l’éducation de la famille et de l’environnement pour procéder, en toute cohérence, à la progression harmonieuse des apprentissages autant qu’à la compensation des divers handicaps.                       L’école ne sera véritablement ce service efficace qu’avec, pour chaque établissement, un projet adapté autant aux objectifs  éducatifs de notre société qu’à la réalité de la population scolaire qu’elle prend en charge.         

               L’Ecole ne sera véritablement cet outil d’excellence, capable de faire vivre ce projet, que si elle est dotée d’une équipe compétente dans ses individualités et cohérente dans le suivi total des élèves depuis son arrivée dans l’établissement jusqu’à sa sortie. Une équipe capable d’aider ses membres les plus fragiles, de remédier aux erreurs de mise en place du projet de fonctionnement… Une équipe solidaire et lucide. 

                   L’école ne sera performante que si un animateur responsable, formé aux tâches de direction, de relations, d’orientation est le vrai directeur de cette équipe. 

            Mon livre n’est-il qu’un plaidoyer supplémentaire ?              NON ! Déjà parce que d’autres par toutes les voies possibles et de toute leur voix plus autorisée que la mienne, l’ont clamé, et continuent à le crier.        Simple essai au départ, mon livre est devenu plus vivant, j’écoute les conseils aussi, plus romancé, plus utopique aussi, encore le rêve… Rares sont les scènes typées qui ne soient pas le souvenir arrangé de vécu.              Je ne pense pas avoir omis une facette de ce qui accompagne ou accompagnera le devenir de notre jeunesse.             Rien n’est approfondi, tout est ouvert, possible mais hélas, et les premiers retours me le confirment, amèrement peu probable. La volonté collective d’un vrai rêve n’est pas encore là…  Faudra-t-il attendre le fond du fond ? La casse totale de l’école publique pour que la privatisation devienne la seule porte possible ?              Dans mon livre, je dis non ! 

            Avec « …et l’Ecole renaîtra de mes cendres ! », tout le monde s’est réveillé, à temps, et des bases, législatives, entérinent un réveil populaire.                           Voilà, je voudrai terminer en rappelant que, malgré les biens matériels, chacun d’entre nous est un prolétaire fondamental dont la seule vraie richesse, étymologique et de fait, reste au moment du grand dépouillement, nos enfants et leur futur. 

Laisser un commentaire

 

parcelle 53 |
Éloge des Loges |
MAYACAT-ESOTERISME |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Cérelles C'est Vous !
| Carbet-Bar
| roller-coaster x