et l'école renaîtra

Le Futur dépend de notre engagement éducatif, l'école en reste l'outil majeur, ne le laissons pas se dégradrer!

  • Accueil
  • > Malgré tout, croire en l’Ecole!

29 septembre, 2011

Malgré tout, croire en l’Ecole!

Classé dans : — Alain @ 8:49

           Je continue à croire en cette Ecole si blessée et qui m’a tant apporté… Je la rêve enfin reconstruite par la grâce de la volonté collective et l’action de personnalités fortes… Utopie ? ! 

            Cette rentrée n’apporte guère d’espoirs: seule la fermeture de postes mobilise. Ce ne sont pas les débats auxquels je suis invité qui me rassurent; le découragement, pire le désintéressement est grand chez trop d’enseignants.
      Morale – rythmes – programmes - manuels – fichiers – soutiens – effectifs… tout est combats utiles mais cette mosaïque occulte le fondamental et n’offre que des discussions pour des cautères sur jambe de bois bien minée…
 

                 J’attends de voir se dessiner  dans les propos d’un candidat, une image plausible et rassurante de l’école de demain… C’est aussi ce que je retire de tous les entretiens « terre à terre  » avec les familles:
             - un établissement bien réfléchi, facile à comprendre en son projet, son équipe, sa direction, son adaptation aux besoins spécifiques en des actions claires, ses liens avec ses partenaires divers…  
           Pas autonomie, quel piège à rivalités stériles, à différences de ressources….! 

            Intégration intelligente et encore « adaptée » dans l’ensemble d’un bassin scolaire tramé par des liens en amont, en aval et transversaux avec toutes les autres structures éducatives environnantes.
         C’est possible et cela existe, mais de façon aléatoire. Rendons-le systématique. Tous les enfants nous en donnent obligation, surtout ceux dont les parents ne jouent pas de la carte scolaire ou de l’école privée…        

                  Voici, encore, quelques élucubrations… Direction poubelle ? Qu’au moins ce soit après vous avoir tiré un sourire ou un haussement d’épaules. :    

                   – On ferme, sans rien proposer d’autres que des moyennes et des économies possibles, sans donner un semblant de projet de restructuration cohérente de notre Ecole… Manifestez mais ne troublez pas notre surdité…     

             – Pourtant les idées ne manquent pas… Même si le projet des politiques ne font pas rêver, rien n’est impossible : 

              Le constat : les élèves de France sont confrontées à une vaste et aberrante disparité dans le système éducatif. Education Nationale, l’école ne l’est que par les textes et les décrets.

                 La réalité montre que sur le terrain, un établissement ne doit son efficacité que :

 -          A la bonne volonté, à l’ingéniosité, des enseignants qui n’ont pas encore baissé les bras

 -         A l’existence d’une équipe et d’un responsable que nuls formation et statut ne définissent. Donc soumis à l’aléatoire et la fragilité. 

-          A la grande diversité des projets d’établissement, eux aussi très inégaux dans leur état des lieux, leur motivation et la réalité de leur mise en œuvre .

 -          A la grande diversité des ressources de base mises à leur disposition par la tutelle dont ils dépendent (communes département – régions)

 -          A la réalité des moyens complémentaires, notamment des soutiens pour tenir compte de l’hétérogénéité des secteurs et les difficultés spécifiques des enfants…  

             En dépit d’orientations, d’objectifs, de programmes, de consignes nationales… aucun enfant n’est assuré de retrouver la même structure, la même qualité… lorsqu’il passe d’une école à une autre. Harmonisation, ce qui ne veut pas dire uniformisation, est un terme qui n’existe pas dans notre système français. 

 -          Faut-il que les familles ne puissent avoir qu’une ressource : choisir leur école après entretien avec son responsable (école publique ou école privée).

-          Pourquoi les écoles maternelles et élémentaires ne pourraient-elles pas être prises en charge par les départements voire les régions puisque les départements sont appelés à disparaître ?            

         L’Etat continuerait à mettre en textes les orientations fondamentales, les objectifs, les programmes en conformité avec les lois votées par nos Assemblées législatives mais la mise en œuvre, l’égalité des ressources pour assurer l’obligation, la gratuité, la laïcité, pour garantir leur harmonisation seraient de la responsabilité de la collectivité territoriale, plus apte à la rendre effective que les seules communes, si différentes dans leur formidable diversité ( tant dans les moyens que dans les volontés d’implication) de base, la carte scolaire.  

            L’adaptation des outils complémentaires aux réalités des secteurs, d’abord pour répondre à la grande hétérogénéité des populations, pour reconnaître par des bilans approfondis et réguliers les besoins en soutien pour tous les enfants en difficulté, des déficits les plus divers à la précocité la plus perturbante… serait alors plus  précise mais surtout plus réaliste. Je l’ai connue et pratiquée lors des plans « REUSSITE SCOLAIRE » dans mon département. 

              Pour l’instant, ce qui est lisible et ce qui révolte tant, c’est le souci d’économies et en face aucun projet où les familles et les enseignants découvrent dans un établissement viable et pérenne, des conditions d’enseignement et d’éducation à la hauteur d’un pays moderne et résolument décidé à donner une chance au futur.   

               En ma retraite, j’ai besoin de croire en tous ceux qui, sincèrement, essaient d’ouvrir la voie vers l’école d’excellence pour tous, et accompagner l’éducation, l’apprentissage, de la petite section jusqu’à l’entrée dans la maturité citoyenne et professionnelle.

                   Belle suite à tous 

Laisser un commentaire

 

parcelle 53 |
Éloge des Loges |
MAYACAT-ESOTERISME |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Cérelles C'est Vous !
| Carbet-Bar
| roller-coaster x