et l'école renaîtra

Le Futur dépend de notre engagement éducatif, l'école en reste l'outil majeur, ne le laissons pas se dégradrer!

30 octobre, 2011

LES RYTHMES SCOLAIRES

Classé dans : — Alain @ 22:19

 Les rythmes scolaires.

            Certainement l’un des plus délicats des paramètres de la vie d’un établissement d’enseignement avec la programmation cohérente des objectifs et l’adaptation des besoins à la diversité des niveaux réels de connaissances.
           C’est sans doute ce qui explique que tant d’études, de conférences, de campagnes de consultations même ont permis autant de propositions que de découragement et que l’abandon, en général, a répondu à la diversité des avis de chrono biologistes.
            Rythme scolaire est une appellation parcellaire car que signifierait-elle si elle était prise à part d’une observation globale du temps de l’enfant :
          Chaque enseignant peut témoigner de la grande diversité d’attention, de perception, de mémorisation de fatigue selon le rythme de la journée d’un enfant heure d’éveil – qualité et moment du petit-déjeuner – prise en charge par une aide quelconque (assistante – crèche – amie – parents disponibles jusqu’à l’entrée à l’école…) – cantine ou retour à la maison ou repas chez des amis – éloignement ou proximité du domicile – temps ce soutien -… repos véritable ou télé-agitation … idem pour le soir (garderie – ateliers sportifs ou culturels – disponibilité ou non des parents – télé – heure du coucher…) peu de schéma vraiment semblables.
           Pour nombre d’enfants le rythme de la journée se résume par une compensation de celui imposé par le rythme des adultes.
           Dans cette diversité du temps quotidien, pour l’instant, quel doit être le rôle d’une attention portée au rythme scolaire?
1- Compenser les inégalités du suivi et ruptures rencontrées dans le temps global de l’enfant (temps d’arrivée et d’insertion chaque matin – qualité de l’accueil par exemple).
2- Mettre chaque enfant en situation optimale d’attention et de fixation dans la bonne connaissance des apprentissages.
3- Tenir compte de la diversité des rapidités d’assimilation (précocité – lenteur – handicap…).
4 Les grands domaines du rythme scolaire :
- La séquence d’acquisition avec l’éveil de l’attention – la découverte nouvelle- sa fixation –son retour à la détente (en chronobiologie c’est la courbe de Gauss, je crois la cloche montée – pic – retour
- L’enchaînement des activités dominantes. (intellectuelles – sportives – ludiques – manuelles)
- La journée scolaire équilibrée (ce n’est pas forcément fondamentale le matin et tiers temps l’A.M. ) loin de là mais des séquences en cloches dans tous les domaines en tenant compte des moments difficiles (arrivée du matin – début d’après-midi par ex…)
- La semaine bien équilibrée aussi mais déjà bien compromise par la suppression du samedi matin- l’ouverture du mercredi ne peut être possible que pour des journées bien construites, actuellement c’est u temps de repos nécessaire..
- L’année scolaire n’a pas forcément besoin d’un découpage régulier mais plus d’une attention portée au impératifs des saisons (froid – chaud- fêtes… ) des activités ( les veilles de vacances ne sont pas forcément les meilleures pour des sorties – des spectacles des fêtes….).

          Ce ne sont que des pistes mais elles sont basées sur des expériences diverses, elles restent malheureusement telles, même si elles ont duré assez longtemps.
          Pour ma part, après une année complète de réflexion, d’écoute, de consultation, j’ai participé à une expérience de modification de la journée : 3 h 30 le matin (1/h d’accueil prise en compte du travail non terminé – transition entre extérieur et classe- divers pointages – mise en attention – l’ancienne « leçon de morale avec son histoire et son commentaire jouait un peu ce rôle -…) – l’après-midi de 2 h 30 gommait, un peu , l’après-repas , temps peu propice aux apprentissages) – par contre – le temps d’études dirigées était assez favorable – après la récréation de 16 h 30 pour inviter les plus lents à un soutien adapté.
        Il faudrait lier cette étude à celle des espaces de vie et des ruptures de vie pour l’enfant

           Il est évident que pour une bonne attention aux rythmes d’apprentissage, la pédagogie différenciée, indispensable dans nos classes hétérogènes est l’idéale… Beaucoup plus utile que d’envisager une journée répartie entre « fondamental », le matin et « complémentaire », l’après-midi. Pour l’Education et pour l’instruction, toutes les disciplines sont importantes et mobilisatrices. Mieux, tout est occasion d’observer, déduire, programmer, calculer, lire et écrire.
          Je suis certain que l’enfant doit être réellement, pour notre société entière et pas seulement pour des éducateurs dévoués et compétents, au centre de notre système scolaire et périscolaire
           Mais je suis convaincu que l’enseignant doit redevenir le pivot essentiel, réellement préparé, reconnu, épaulé par une équipe cohérente, guidé par un projet adapté aux réalités de son établissement… la pièce maîtresse d’une vraie école de la Chance pour tous.

           L’Ecole, seule, est capable d’accompagner l’éducation de la famille et de l’environnement pour procéder, en toute cohérence, à la progression harmonieuse des apprentissages autant qu’à la compensation des divers handicaps. Il y a urgence !

Laisser un commentaire

 

parcelle 53 |
Éloge des Loges |
MAYACAT-ESOTERISME |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Cérelles C'est Vous !
| Carbet-Bar
| roller-coaster x