et l'école renaîtra

Le Futur dépend de notre engagement éducatif, l'école en reste l'outil majeur, ne le laissons pas se dégradrer!

5 mai, 2010

la direction d’école.

Classé dans : — Alain @ 22:15

contesdanslejardin.jpg

          J’ai exercé pendant une dizaine d’années dans l’enseignement spécialisé et vingt-huit ans en fonction de direction d’école élémentaire dans la région parisienne avant de revenir vers ma Vendée natale.

        Autant mon premier poste fut l’objet d’un choix, autant le second survint-il par le hasard des circonstances. Il fut donc accepté de mauvais gré. Par la suite j’aurai pu revenir vers ma spécialisation, mais je me suis piqué au jeu de ma petite école, devenue moyenne par la suite, et 28 ans après, au moment de dire adieu à ma classe et à mon bureau, j’ai trouvé le temps bien vite passé et les tâches inachevées encore nombreuses.

        Les journées me semblaient bien pesantes et mes ressources pour faire de chaque jour un temps utile, efficace pour mes collègues, pour les familles, pour tous les intervenants dans et autour de l’école diminuaient autant qu’augmentait ma fatigue du soir. En bref, je ne me sentais plus assez combatif et disponible pour demeurer le garant de l’accueil optimal des élèves.  

        Je ne peux m’empêcher de penser à mes collègues responsables d’une école maternelle ou élémentaire qui se retrouvent confrontés chaque jour à des tâches de plus en plus lourdes :

           Une gestion administrative certes informatisée souvent mais mangeuse de temps.

         Une harmonisation des actions éducatives et pédagogiques d’autant plus riche que l’équipe fait preuve d’initiatives qu’il faut susciter, encourager, relancer et rendre viables.

        Une gestion des moyens matériels, budgétaires, immobiliers, pointilleuse, exempte d’erreurs …

         Une recherche, une coordination des interventions possibles liées à l’Education Nationale, à la municipalité, à la vie associative…

            Une disponibilité d’écoute des divers personnels, des familles, des partenaires péri-scolaires…

            Une participation active, éclairée aux recherche de solutions pour les problèmes des enfants en difficulté.

            Une prévention attentive de tous les risques d’insécurité même éloignés par les besoins d’une sortie, d’une classe de découverte.

            Une flexibilité à toutes épreuves pour réagir très vite aux aléas inévitables,  indissociables du microcosme scolaire.

           

            Le catalogue des tâches prévues et circonstancielles pourrait être source d’anecdotes, de réflexion, d’humour quelquefois, d’émotion aussi, de colère parfois.

             Une école c’est avant tout une équipe, pas forcément liée par l’amitié mais mobilisée par une même volonté d’éduquer et d’instruire. Ses membres n’ont pas toujours fait le choix de l’école ou de la classe, certains débutent, d’autres ont une grande expérience, tous sont confrontés à une même population, au même potentiel de ressources, en principe. Le projet d’Ecole dresse l’état des lieux et traduit la somme des réflexions pour que naissent les actions propres à répondre aux spécificités de l’établissement, en termes de cohérence des enseignements, de motivation, d’harmonisation de la vie collective…

              J’ai connu bien des réformes, bien des orientations pédagogiques modernes ou nostalgiques, bien des structures nouvelles, des organisations de soutiens variés et je ne discute pas la générosité qui a sans doute toujours présidé puis accompagné ces mobilisations, de même que je ne nie pas les bonnes intentions attachées aux deux concertations nationales que j’ai été amené à partager, pas plus qu’à celles de la loi en programmation, mais aucune action n’a pu et ne pourra avoir de véritables retentissements, une véritable expérimentation durable, si l’équipe de terrain, si les maîtres d’école ne sont pas écoutés, organisés, préparés, soutenus et assurés de la confiance de leurs autorités de tutelle pour la traduire et la vivre convenablement dans l’école.

           C’est simple, jamais une institution, publique, privée, agricole, industrielle, commerciale… ne peut être efficace sans véritable coordination, harmonisation. Dans nos écoles cette équipe n’a pas d’existence  généralisée et durable.

             Les écoles qui vivent pleinement leurs fonctions éducatives et instructives, leur intégration dans leur milieu, la sérénité de leur quotidien le doivent à des initiatives particulières, à une implication exceptionnelle mais fragile. Que parte le directeur, la directrice, que change la composition de l’équipe, que les moyens varient selon la nouvelle municipalité, la disparition de partenaires et, souvent c’est la diminution de la vitalité de l’équipe…

            Dans notre pays, on laisse nos écoles à la merci des circonstances, des enthousiasmes ou des découragements. La grande inégalité qui règne entre les moyens alloués par les communes, entre les ressources locales ne fait qu’accentuer l’inégalité des chances et si l’école laïque est celle qui est ouverte à tous, pour que chacun obtienne les compensations qui lui donnent le droit à l’avenir, alors nous sommes loin du compte.

              Il faut que toutes les écoles puissent se doter d’une équipe solide animée par un responsable reconnu et valorisé.

              Il faut donner à chaque école les moyens qui compensent la faiblesse des ressources locales et qui prennent bien en compte la spécificité de sa population scolaire.

               Je crois que nos régions ou les agglomérations de communes dans le cadre de la décentralisation pourraient aider les municipalités pour parvenir à cette égalité des moyens pour une égalité des chances.

               La direction d’école est la charnière du fonctionnement de nos écoles, elle mérite une enquête approfondie, elle mérite une considération véritable.

               Ce courrier ne se veut être qu’un survol très large, un appel sans nuances, à votre professionnalisme : combien  de moments critiques, drôles, émouvants, dramatiques sortiraient d’une enquête auprès de chargés d’école, témoins et acteurs de bien des événements de notre société? 

            S’il pouvait faire connaître et mieux aider mes collègues en activité ou futurs, j’aurai l’impression d’avoir rendu un peu de ce que ma fonction m’a quand même apporté : une intensité de vie exceptionnelle, salvatrice dans les moments les plus sombres de ma vie.

Une réponse à “la direction d’école.”

  1. Robert née Mouty Audrey dit :

    Bonjour Mr Valeau,

    Je ne sais pas si vous vous souvenez de moi mais moi en tout cas j’ai plein de souvenir dans notre école.

    Mes parents et moi allons acheté votre livre pour avoir encore plus de souvenir.

    A bientôt.

Laisser un commentaire

 

parcelle 53 |
Éloge des Loges |
MAYACAT-ESOTERISME |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Cérelles C'est Vous !
| Carbet-Bar
| roller-coaster x