et l'école renaîtra

Le Futur dépend de notre engagement éducatif, l'école en reste l'outil majeur, ne le laissons pas se dégradrer!

  • Accueil
  • > 63- VISITES. Attention, bientôt la fin!

26 octobre, 2011

63- VISITES. Attention, bientôt la fin!

Classé dans : — Alain @ 21:04

            Sylvain a repris du service. Cet été, il est venu au village à l’issue de son périple habituel. Il gardera à vie les traces de ses brûlures, mais cela ne nuit pas à son succès car il ne lui a pas fallu beaucoup de temps ni d’efforts pour se trouver une compagne dans le village voisin. Une rencontre de balade le long de notre petite rivière mitoyenne et une ballade charmeuse sans aucun doute.

Il faut dire que selon le terme usité ici :

         – Il est charmant ton Sylvain, me confiaient tous ceux qu’il saluait, avec lesquels il s’entretenait dans ses promena-des au long des rues du village.
           Yann et les enfants l’avaient adopté immédiatement. Sylvain y était allé franco :

        – Ton Isabelle m’a tout de suite séduit et j’ai bien essayé de tenter ma chance, c’en est une, si, si… Mais voilà, pas mèche, elle avait déjà fait le plein avec toi.

         Moi, je savais que, un certain soir, mes défenses avaient été bien éprouvées.

         Nous n’avions qu’un café au village. Notre écrivain public a dû faire la conquête des patrons pour suggérer, expliquer et obtenir une table un peu isolée afin d’ouvrir son officine.

          Pour ce premier été, il ne s’est octroyé que trois journées bien courtes d’accueil. D’entrée, le succès fut là, curiosité, sympathie, plus que véritable nécessité. Il a décidé que ce lancement était promotionnel et que seuls les frais éventuels de correspondance seraient à compenser.

            Il s’est acoquiné avec Alain et les bénévoles de la bibliothèque et les a persuadé qu’il avait un besoin incoercible de connaître le passé, voire le présent, anecdotique du village. Il a proposé une veillée de plein–air presque sur le pas de la porte, comme pour les soirées de naguère, d’avant la télé, pour écouter, questionner, noter…

       Il a été décidé que début septembre, pendant quinze jours, Sylvain serait régulièrement des nôtres.

       Autre grande joie, la venue de Karine, Thibault et Lucas. Eux aussi ont trouvé dans notre commune un accueil formidable.

Comme ils étaient formidables, c’était après tout très naturel.

          Elle a sympathisé très vite avec Sonia et Jordane, à m’en rendre jalouse. Non, je rigole, comme conclut souvent ma Juliette.

        J’aurais aimé revoir tous les acteurs qui ont marqué ces mois de réflexions et de décisions. Mon carnet d’adresses en identifiait beaucoup, mais j’avais en mémoire tous ces intervenants trop passagers qui ont fortement laissé leur empreinte nos esprits.

       Delphine, Romane et Guillaume, son mari, annonçaient leur passage pour les congés de Printemps. Je comptais transformer ce passage en séjour plus long.

         Une seule ombre ternit ce tableau, elle est énorme. Notre ami Gilbert, le Gendarme qui avait tant appris sur l’enfance, sur l’Education Nationale, dont nous avions tant appris aussi, mon compagnon mandaté avec moi à Montpellier, nous avait quittés.

          Il était malade, gravement déjà, lorsqu’il était venu nous rejoindre dans le jardin d’Alain, mais jamais il ne nous avait laissé deviner ses faiblesses et ses douleurs. Il avait obtenu la même discrétion de ses proches. Son hospitalisation, en novembre, puis sa fin, rapide, souhaitée, je crois, c’était bien de lui, nous avait laissés amputés d’une amitié, d’une affection irremplaçables. 

          N’allez pas me dire que nul n’est irremplaçable ! L’addition de ces pertes dans mes pensées fait que, jamais, ceux qui ont impressionné de lumière et de chaleur ma conscience ne disparaîtront vraiment.

       Toujours, ils manqueront. Gilbert nous manque !

Laisser un commentaire

 

parcelle 53 |
Éloge des Loges |
MAYACAT-ESOTERISME |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Cérelles C'est Vous !
| Carbet-Bar
| roller-coaster x