et l'école renaîtra

Le Futur dépend de notre engagement éducatif, l'école en reste l'outil majeur, ne le laissons pas se dégradrer!

6 octobre, 2011

54- GARANTIE.

Classé dans : — Alain @ 20:16

Dernière main levée, il se faisait tard, pour sans doute la plus importante des interrogations.  L’animateur de Radio qui nous l’a soumise faisait partie de mes voix du matin. Il m’était arrivé de l’interpeller au cours de son émission ouverte à tous et d’exprimer mes colères comme mes espoirs. Je ne m’attendais pas à sa présence. 

- Quelles garanties avez-vous que cette Charte, née d’un vaste consensus, présentée au Parlement, vraisemblablement adoptée, prendra force de loi et sera suivie des décrets, des circulaires d’application et d’une mise en œuvre réelle ? 

Je n’ai pas laissé passer l’occasion et j’ai agité mes feuilles de notes pour indiquer que je souhaitais répondre : 

 - Ce n’est pas notre premier entretien, Monsieur, mais c’est la première fois que nous conversons en nous voyant, bien que nous soyons presque voisins ! Notre Recueil propose, impose car c’est une volonté populaire, qu’un Comité de Suivi permanent, régulièrement renouvelé, en contact constant avec ceux qui nous ont fait confiance, qui nous ont portés, soit constitué, dès maintenant, à partir, pour commencer, de délégués volontaires et choisis parmi notre Comité National. 

Indépendant, il aura pour mission de rester en liaison avec le Ministère, avec les commissions parlementaires adéquates et avec les observateurs de chaque Académie.       

Nous souhaitons que la trame ainsi tissée ne se délite pas.  Notre vigilance doit rester éveillée, notre pugnacité à obtenir la totalité de nos demandes ne faiblira pas et cela en dehors de tous jeux politiques.  A nous, les citoyens d’aujourd’hui, de demain de toujours, de veiller à qu’elle se mue en réalités répétées  Vous savez, nous n’avons rien inventé, rien créé selon ce pauvre Lavoisier, mais tout s’était tellement transformé, qu’il était nécessaire de réorganiser. Mon amie sablaise m’a appris une de ses expressions chaumoises et ma foi, je la trouve de circonstances :  « Nous n’avons fait que tapiner les rets », ravauder l’immense filet de l’Ecole, qui avait tendance à se démailler.  Ce réveil, sonné par le geste d’Emmanuel, nous voulons, nous pouvons le transformer en vigilance. Elle sera notre garantie. 

La conférence de presse s’est achevée vers 13 h.  Les délégations parisiennes, une par arrondissement, avaient organisé un repas dans la cantine d’un groupe scolaire.  Cantine ? Restaurant d’enfants plus exactement. L’un de ces espaces où la diététique, la séparation des coins repas s’additionnent avec la recherche de présentation des plats, l’attention éducative des animateurs et l’implication des enfants dans le service et dans la connaissance des aliments.  Une restauration scolaire pensée, expérimentée, née à Montgeron dans l’Essonne, à l’initiative, après la guerre, d’un précurseur, un instituteur, Raymond Paumier.  Rares sont les communes qui s’appliquent à inclure véritablement ces moments dans l’Education des enfants !  Parisiens, banlieusards, provinciaux, outre marins et émigrés, tous les délégués ont fait honneur à un menu simple, frais et délicieux.  Il est extraordinaire de constater comment une communauté de pensées, un même souci d’approfondir peuvent agréger des personnalités aussi diverses, aussi fortes, pour donner à leurs moments de détente une ambiance conviviale, complice.

 Que du bonheur ! 

Laisser un commentaire

 

parcelle 53 |
Éloge des Loges |
MAYACAT-ESOTERISME |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Cérelles C'est Vous !
| Carbet-Bar
| roller-coaster x