et l'école renaîtra

Le Futur dépend de notre engagement éducatif, l'école en reste l'outil majeur, ne le laissons pas se dégradrer!

28 août, 2011

- 33 – RESSOURCES.

Classé dans : — Alain @ 22:21

                Nous avons eu la chance de pouvoir occuper presque toute la petite salle d’un café juste abandonnée par les employés d’une banque voisine et de nous retrouver à une douzaine, isolés des allées et venues.                  Nous avons plaisanté, échangé des bribes de présentation personnelle, mais le bruit rendait impossible une conversation un peu cohérente.. 

              A peine, le café, l’indispensable café, a-t-il été avalé, que nous sommes partis retrouvés nos banquettes de cirque. 

              Les rapporteurs ont continué leurs exposés.                 Sérieux, un Lyonnais nous a parlé moyens.              - La grande inégalité des ressources en locaux, matériels, fournitures, budgets, personnels, accès aux centres cul-turels et sportifs, doit cesser, à tous les niveaux ! 

           Les moyens de fonctionnement comme d’investissement doivent être dispensés par les tuteurs territoriaux, sur des bases identiques à tous les établissements publics de mêmes catégories.             Le rapporteur a bien insisté sur la compensation nécessaire auprès des collectivités si diverses dans leurs finan-ces pour atteindre cette même couverture des besoins fondamentaux. Une allocation ! L’Etat, responsable du droit pour tous à l’enseignement, doit égaliser les dotations attribuées aux établissements. 

              Ensuite, la spécificité évidente des populations, des conditions géographiques, sociales, des disciplines enseignées conduit à des avenants justifiés et fortement souhaitables.               Il a rejoint notre collègue marseillais qui avait parlé autonomie la veille : 

          - Les projets judicieux, mobilisateurs, favorables à l’éducation, l’instruction, l’éveil… doivent pouvoir devenir des réalités sans dépendre d’une course aux subventions. Il n’est pas normal que des élèves se transforment en vendeurs de gâteaux, de billets de loterie… pour gagner leur droit à une activité.            Leur participation à sa conception et à sa gestion, y compris financière, est instructive, pas la quête.. 

Il existe des œuvres et des services officiels dont la vocation est d’alimenter ces initiatives… Ce sont eux qu’il faut encourager et développer…                 Un Réunionnais a titillé notre curiosité mais nous avions, tous, sa question au fond de nos conversations :              - Quid du nouveau ministre ? Et si nous parlions ministère et mammouth : 

          Naturellement, un tel mouvement avait provoqué bien des bouleversements. Le ministère avait éclaté. Le trauma-tisme subi par sa plus haute autorité, avait justifié son évic-tion, mais aucun remplaçant proposé par le Gouvernement, Président et Premier ministre, ne trouvait grâce aux yeux des Français.               Celui que nous voulions devait avoir fait ses preuves tout au long de l’échelle éducative, devait avoir une bonne connaissance du monde associatif, de la psychologie de la famille autant que de l’enfant. Il devait être doué d’une grande écoute, mais aussi d’une belle fermeté pour mettre en œuvre sans atermoiement le Plan adopté par le Parlement après la proposition de tout un peuple. 

                Rares étaient les personnes parvenues à une haute fonction ayant ce profil et ce cursus expérimenté. Quelques proviseurs, quelques présidents d’Université, débarqués après les révoltes étudiantes mais jamais découragés attiraient les regards.             Paradoxalement, ce sont les entretiens menés par nos délégués, les enquêtes des journalistes qui nous ont conduits vers notre candidat. Mieux, nous avons insisté pour que les sept postulants pressentis, trois femmes et quatre hommes fassent partie du cabinet de notre ministre de prédilection. 

             Aucune importance n’avait été attachée à l’appartenance politique, ce qui avait suscité bien des obstacles, bien des embrouilles à déjouer 

          Ainsi se sont écoulées ces deux premières journées 

           Même si peu de nouveautés s’exprimaient, même si certains d’entre nous reconnaissaient des modes de fonc-tionnement, des expériences, vécus dans des écoles de leur connaissance ou lus dans des revues, des ouvrages, voire des romans, entendre leur donner une volonté d’existence, les inscrire dans une étude pour toute notre Ecole, faisaient chaud au cœur.            Si des sceptiques de la bonne volonté ou du lendemain, grimaçaient, notre optimisme les reléguaient à l’arrière-plan… Pour le moment ! 

Laisser un commentaire

 

parcelle 53 |
Éloge des Loges |
MAYACAT-ESOTERISME |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Cérelles C'est Vous !
| Carbet-Bar
| roller-coaster x