et l'école renaîtra

Le Futur dépend de notre engagement éducatif, l'école en reste l'outil majeur, ne le laissons pas se dégradrer!

30 juillet, 2011

14-Le grand réveil.

Classé dans : — Alain @ 21:20

Partout des rencontres sont devenues des assemblées. Des débats se sont ouverts. Les réunions se sont tenues dans des cafés, des cinémas, des théâtres, chez des particuliers… rarement dans des lieux officiels, peut-être quelques salles des fêtes, rarement.
Leurs animateurs se dégageaient par leur charisme, leur crédibilité, plus que par leur notoriété…
Un grand brassage des idées, a bouillonné. Un maelström capable de réveiller le sommeil du Présent et rendre crédible le Renouveau. Un grand mouvement porté par la majorité des citoyens volontaires pour donner sa Chance au Futur.  Les anarchistes endormis se sont réveillés.
Les journalistes n’étaient, en principe, pas admis ou seulement, en tant que parents, que citoyens.
Pourtant, heureusement, ils ont rendu compte et ce sont leurs articles qui ont permis que s’échangent les idées, les doutes, les pistes…
Que se construisent les propositions, les exigences et que se dégage une Charte.
Techniquement, tous les moyens modernes ont été mis en œuvre pour la communication, le tri, l’analyse, la synthèse…
Les cahiers de doléances des Etats Généraux se filigranaient à travers toutes nos initiatives.Contrairement à tout ce qui avait été fait jusqu’à ce jour, ce n’est pas le gouvernement qui s’est emparé du résultat de cette immense consultation nationale spontanée. Officiellement, il a regardé le mouvement s’organiser et a émis des encouragements paternalistes.
Comme nous pouvions le prévoir, c’est normal, les tenants des nouvelles normes instaurées depuis 2009 ont dardé leur opposition.
Ils ont sorti des placards d’archives, le spectre des barricades de mai 68. Pourtant, depuis quarante-cinq ans, d’autres manifestations chaudes avaient enflammé nos rues…
Ils ont clamé le danger de dévergondage que nous allions faire courir à notre Education Nationale, à notre Jeunesse.
Les partisans de l’Encadrement ont développé les avantages rassurants des digues du ”Bon Dressage”, des canaux éducatifs menés sans méandres entre des rives bien cimentées.
Ils ont insisté sur le péril à laisser les rivières aventureuses, les torrents de l’enfance divaguer, délaisser leurs cours…Sournoisement, mais avec tous les moyens d’enquêteurs assermentés, des investigateurs minutieux ont exhumé le passé de Manu.Ils ont insisté sur ses violences militaires. Ils ont ainsi expliqué ses outrances autant que ses utopies. Pendant quelque temps, le thème de l’attentat, travesti en égarement pseudo altruiste, a été brodé.
Il a soulevé une telle vague de protestations que le repli vers le dérangement mental est demeuré la seule option officielle.

Sylvain n’a pas été épargné. Il fut harcelé après son réveil, soupçonné de complicité !
Les élèves de Manu, si voisins dans leurs relations avec le monde marginal des cités et des clandestins, ont subi aussi des interrogatoires.
Le juge, la police, les surveillants vigiles du collège se les sont repassés avec pour objectif de lier leur prof avec les Hors-la Loi.
Des journaux ont eu droit à la révélation de ces démarches sans fondement ni résultats tangibles.
Parfois, peau de l’ours prématurée ou hommage au Docteur Coué, ils ont confondu le but des recherches avec des conclusions étayées et les ont étalées, abusivement.
Nombreux, il faut le souligner, ont été les journalistes de tous médias à refuser d’accorder le moindre crédit à ces assertions, au contraire !
Ils ont élevé des boucliers de questions autour de chaque enquête ; ils l’ont doublée ostensiblement par leurs propres prospections.
Les interrogatoires ont cessé, les explorations sans doute pas, mais avec discrétion.
Seuls les Défenseurs du Maintien de l’Ordre sont restés bruyants.

Nous avions décidé que, avant la fin de nos travaux, aucune émission de télévision ou de radio ne recevrait un membre cautionné par le vaste mouvement généré par la mort de Manu.
Seuls nos échanges sur le net pouvaient être interprétés.
Ces provocations, ces attaques ont fait connaître tous les acteurs réellement ou arbitrairement impliqués dans la vie du héraut auto sacrifié.
Manu et ses grands, Sylvain, l’écrivain public noma-de sont devenus des personnages sympathiques, terrible-ment vendeurs. Pas question de les écorcher.
Quelques petits poissons des ténèbres ont été harponnés dans les coups de sonde policiers.

S’ils ont avoué leurs fugues après ruptures de bracelets, ils n’ont apporté, évidemment, aucune charge au dossier ouvert au nom d’Emmanuel.
Tant de blogs, de sites, d’échanges ont envahi la toile, que certains ont bien dû fournir du blé à moudre aux espions de l’informatique.
En dehors de leurs virulences caricaturales, susceptibles de sanctions dans notre belle société, les propos tenus étaient difficiles à poursuivre. Ils étaient tellement croisés, répétés, confirmés et, peu à peu, répandus, que bien sour-nois qui aurait pu en tirer matière à condamner.Ou alors après une mise en examen collective !
Manu comme Spartacus aurait pu s’écrier : « Je reviendrai et je serai des millions ! »
Nous y étions !

Laisser un commentaire

 

parcelle 53 |
Éloge des Loges |
MAYACAT-ESOTERISME |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Cérelles C'est Vous !
| Carbet-Bar
| roller-coaster x